Une famille d’accueil joue un rôle important dans l’éducation et le rétablissement émotionnel d’un enfant dont les parents ne peuvent plus s’occuper pour diverses raisons. Être une famille d’accueil peut aussi signifier s’occuper de personnes âgées et handicapées. Il s’agit donc d’un métier difficile qui doit être strictement réglementé, mais qui mérite également d’être rémunéré. Si devenir assistant familial vous intéresse, vous êtes au bon endroit ! Nous allons vous informer sur les salaires, les conditions d’exercice ainsi que les procédures pour prendre à votre charge des enfants ou des personnes âgées qui sont dans le besoin.

Qu’est-ce qu’une famille d’accueil ?

Une famille d’accueil est une famille agréée pour recevoir un ou plusieurs enfants au sein de son logement. Attention ! Il ne s’agit pas seulement de procurer un espace à vivre, il faut surtout offrir un cadre de vie agréable et équilibrée à l’enfant accueilli. Dans le cas des personnes âgées et handicapées, il faut offrir son assistance et son aide dans la réalisation de certaines taches que ces dernières ne peuvent pas effectuer toutes seules. La décision de devenir une famille d’accueil peut être motivée par un besoin d’argent ou une nécessité de travailler. Mais c’est le côté humain qui doit primer. En effet, pour devenir assistant familial, il faut avoir envie d’aider les gens qui se trouvent dans le besoin et considérer la rémunération comme une aide ou une allocation pour subvenir aux besoins de la personne accueillie.

Les différents types de placement en famille d’accueil

Toutes les familles d’accueil n’ont pas les mêmes missions. La durée de l’assistance familiale, ainsi que les modalités du contrat varient en fonction du cas de l’accueilli. Ainsi, une famille d’accueil peut donc être contactée pour plusieurs raisons.

La famille d’accueil d’urgence

Certaines familles d’accueil peuvent être contactées à tout moment, le jour comme la nuit, pour prendre soin d’un enfant qui se trouve dans une situation d’urgence. Il s’agit d’un dépannage qui ne doit pas excéder 15 jours, le temps de trouver une solution sur le long terme pour l’enfant. Bien sûr, les familles d’accueil d’urgence doivent avoir des compétences assez spéciales pour prendre soin des enfants qui sont souvent dans une situation traumatisante.

Le placement de courte durée

Si vous avez envie de vous engager sur le court terme avec un enfant qui se trouve dans le besoin, vous pouvez choisir de prendre un enfant pour une courte durée. Dans ce cas, le rôle de la famille d’accueil consiste à prendre soin de l’enfant et à l’aider à retrouver une vie stable pour enfin retourner chez ses parents. Le placement à court terme est d’une durée de 3 mois, mais il est renouvelable pour 9 mois au maximum.

Le placement permanent

Si les séparations trop fréquentes vous déchirent le cœur, vous pouvez choisir de devenir une famille d’accueil pour un placement permanent. Ainsi, vous ne serez contacté que pour les enfants qui ont besoin d’aide pour une longue durée et vous pourrez les garder jusqu’à ce qu’ils atteignent la majorité et qu’ils deviennent adultes.

Accueil d’une jeune fille mineure avec un enfant

Les familles d’accueil ont été créées pour aider les personnes qui sont dans le besoin. Un assistant familial peut donc accueillir une fille mineure qui a été rejetée par sa famille biologique à cause de sa grossesse. La famille d’accueil peut s’occuper d’elle jusqu’à ce qu’elle rétablisse sa relation avec sa famille ou qu’elle soit capable de se prendre en charge (elle et son enfant) toute seule.

Les familles d’accueil spécialisées

Comme il a été souvent dit, les enfants placés dans les familles d’accueil ont souvent été victimes de violences. De ce fait, ils peuvent avoir des comportements difficiles à cerner. Ces derniers sont donc placés au sein d’une famille d’accueil spécialisée qui sera capable de les comprendre et les aider.  Les enfants handicapés qui ont besoin d’un traitement spécial peuvent être placés dans les mêmes types de familles d’accueil.

Les familles de vacances

Les familles de vacances sont destinées à recevoir les enfants nécessiteux qui n’ont pas la possibilité de partir en vacances. Pour pouvoir accueillir un enfant dans ce cadre, il faut disposer d’un logement spacieux pour permettre de séparer les jeunes garçons et les filles. Il s’agit d’une solution idéale pour les familles qui n’ont pas la possibilité d’envoyer leurs enfants en colonie de vacances. La demande pour ce type de placement doit se faire auprès des associations comme Secours Populaire, la Croix-Rouge ou le Secours Catholique.

Les familles d’accueil apparentées

Les assistants familiaux peuvent aussi prendre soin d’enfants qu’ils connaissent déjà : ce sont les familles d’accueil apparentées. Souvent, il s’agit d’un parent, d’un voisin ou d’un ami proche de la famille qui se trouve dans le besoin. Ce type de placement a pour avantage la facilité d’adaptation de l’accueilli puisqu’il connaît déjà les membres de sa famille d’accueil.

Il faut noter qu’une famille d’accueil n’est pas obligée de se spécialiser dans un seul type de placement. Tout dépend de ses capacités et de ses disponibilités.

Assistant familial : un véritable métier

Si vous êtes uniquement motivé par un besoin d’argent ou par l’envie de faire passer le temps, nous vous conseillons vivement de renoncer à devenir une famille d’accueil. En effet, ce statut est d’une complexité incroyable et la rémunération que vous allez percevoir ne pourra pas vous permettre de surmonter les problèmes que vous allez rencontrer si vous n’y mettez pas un peu d’amour et de l’empathie. Notre objectif n’est pas de vous faire peur, loin de là. Nous souhaitons simplement vous informer pour ne pas vous induire en erreur.

L’humain avant tout

Malgré l’existence d’un salaire à la clé, l’assistant familial doit être conscient qu’il s’agit d’une mission humanitaire avant tout. En effet, la majorité des enfants étant des victimes de violences et de maltraitances, ces derniers ont besoin d’une famille équilibrée et aimante. Cela signifie que chaque membre de la cellule familiale doit être prêt à leur accorder l’attention et l’amour dont ils ont besoin. Avoir un logement spacieux n’est donc pas un critère suffisant pour devenir assistant familial.

Trouver l’équilibre avec ses propres enfants

Le travail d’une famille d’accueil n’est pas évident. En plus d’élever les enfants nécessiteux, il faut aussi prendre soin de ses propres gamins. Ce n’est pas facile de tout faire pour ne pas délaisser ses enfants et de trouver encore le temps de s’occuper de l’accueilli. Une chose est sure, c’est un métier impossible si on n’a pas la volonté et l’amour d’aider les autres. Par ailleurs, il est préférable d’expliquer la situation à chaque membre de la famille pour éviter les conflits et les problèmes ultérieurs.

Rester en contact avec les parents biologiques de l’enfant

Sachez qu’une famille d’accueil n’est pas une solution permanente pour un enfant, surtout s’il a encore ses parents. La plupart du temps, l’enfant reste au sein de la famille d’accueil le temps de se rétablir et de réintégrer sa véritable famille. Il est donc possible que vous soyez tenus de rester en contact avec les parents biologiques de l’enfant pour les visites occasionnelles. À ce sujet, peu importe les informations que vous détenez concernant le passé des parents de l’enfant, vous ne pouvez pas les juger. Vous devez rester neutre et vous contenter d’assurer les rôles d’un assistant familial.

L’autorité parentale

L’autorité parentale est un sujet qui prête à confusion. En effet, l’assistant familial ne détient pas l’autorité parentale sur l’accueilli si celui-ci a encore l’un ou ses deux parents biologiques. Vous devrez donc faire attention de ne pas mélanger vos enfants et l’accueilli. Cette question d’autorité parentale peut également vous soumettre à l’obligation de contacter les parents biologiques pour les autorisations sur certains aspects de la vie de l’enfant : les sorties en week-end, la scolarisation, les problèmes médicaux, …

Quelle rémunération pour une famille d’accueil

La famille d’accueil reçoit une rémunération pour l’aider dans l’accomplissement de ses tâches et pour subvenir aux besoins de l’accueilli. En plus du salaire de base, elle peut bénéficier d’indemnités complémentaires. Voici donc une liste des indemnités qu’un assistant familial peut toucher selon les prestations qu’il offre.

L’indemnité de logement

On peut considérer l’indemnité de logement comme un loyer que l’accueilli verse à l’accueillant. En effet, il est possible que l’assistant familial mette une ou plusieurs pièces à la disposition de l’enfant. En général, le montant de l’indemnité dépend de la grandeur et de la qualité de la pièce. Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte la moyenne du prix de location dans le secteur.

L’indemnité d’entretien

Prendre soin d’un enfant c’est aussi le nourrir et lui offrir une vie décente. L’indemnité d’entretien est versée pour aider la famille d’accueil avec les différentes charges du quotidien : alimentation, entretien et hygiène, frais de transport et autres.

L’indemnité journalière pour sujétions particulières

L’indemnité journalière pour sujétions particulières est uniquement versée aux familles qui accueillent un enfant handicapé ou une personne âgée dépendante. En effet, il s’agit d’une majoration pour l’accueillante familiale qui doit assister en permanence une personne dépendante ou aider cette dernière dans la réalisation de certains gestes au quotidien.

Les autres indemnités

La famille d’accueil peut aussi recevoir d’autres indemnités. D’abord, il y a l’indemnité de congé. Ensuite, il y a l’indemnité d’attente qui est une rémunération versée à l’assistant familial qui attend qu’on lui confie un enfant. Cette indemnité ne peut pas être versée plus de trois mois consécutifs et pour en bénéficier, il faut satisfaire à certaines exigences. Enfin, il y a l’indemnité de disponibilité qui correspond au montant versé à l’assistant lorsqu’il accueille un enfant dans une situation d’urgence.

Combien gagne une famille d’accueil ?

Compte tenu de toutes les indemnités précédemment citées, combien touche une famille d’accueil ? Nous allons répondre à cette question en essayant d’être le plus précis possible.

L’indemnité journalière pour services rendus

Le salaire de base de l’assistant familial est appelé indemnité journalière pour services rendus. Son montant est égal à 2.5 fois du SMIC horaire. Ainsi, l’assistance familiale peut donc toucher : 2.5 x 9.88= 24.70€ brut/jour.  Il faut noter que la rémunération d’une famille d’accueil Ddass est différente. Pour en savoir plus, vous devrez vous renseigner auprès de l’organisme concerné.

Le montant des indemnités

Indemnités Montant
Indemnité de logement 136€ à 200€ le m2 (varie selon le département)
Indemnité d’entretien 7.14€ à 17.85€/jour
Indemnité pour sujétions particulières 3.66€ à 14.42€/jour
Indemnité de congé 10%  de l’indemnité pour services rendus
Indemnité d’attente 27.6648€/jour
Indemnité de disponibilité 22.23€/jour

Ainsi, vous pouvez avoir un aperçu de la somme que vous allez toucher en tant qu’assistant familial. Comme vous pouvez le constater, il est impossible de devenir riche en travaillant en tant qu’assistant familial. Si vous avez besoin d’argent, nous vous conseillons donc d’avoir recours à des prêts. Toutefois, il faut souligner que le montant de certaines indemnités peut être fixé par un contrat entre l’accueillant et l’accueilli. Il est également possible que certaines indemnités soient plafonnées par le Règlement départemental d’aide sociale ou le RDAS.

Les conditions pour devenir assistant familial

Maintenant que vous êtes informé sur les missions et les revenus d’une famille d’accueil, il ne vous reste plus qu’à entamer la dernière partie de l’article. En effet, si vous souhaitez toujours devenir une famille d’accueil, vous devez déterminer si vous remplissez les différentes conditions.

Le profil de l’assistant familial

Pour s’occuper d’un enfant, il faut avoir un certain profil. En effet, il faut :

  • Avoir une ouverture d’esprit pour accepter d’éduquer et élever des enfants qui ne sont pas les siens
  • Être à l´écoute et savoir observer l’enfant pour déterminer ses besoins
  • Être capable de ne pas juger les parents et la famille de l’accueilli, ne pas divulguer les informations qui les concernent
  • Être capable de s’organiser et de s’adapter à toutes les situations
  • Être tolérant et accepter les critiques
  • Travailler en équipe

Les autres conditions à remplir

Il existe également d’autres conditions à remplir :

  • Être de la nationalité française
  • Avoir un casier judiciaire vierge
  • Être apte à accueillir des enfants (capacité physique)
  • Avoir un logement assez spacieux pour recevoir des enfants

Les documents à fournir

Pour devenir un assistant familial, vous devrez monter un dossier qui est constitué de plusieurs pièces justificatives. Entre autres, il faut fournir un certificat médical attestant votre capacité à accueillir un ou des enfants. En outre, vous devrez également fournir un extrait du bulletin numéro 2 de votre casier judiciaire. D’ailleurs, cette pièce est exigée pour tous les membres majeurs qui vivent dans le foyer de la famille d’accueil.

La démarche pour devenir une famille d’accueil

Si vous remplissez toutes les conditions susmentionnées, vous pouvez commencer à entamer les démarches pour devenir une famille d’accueil. Il faut savoir que pour travailler en tant qu’assistant familial, il est nécessaire de passer par plusieurs étapes.

Obtention  de l’agrément

Pour exercer en tant qu’accueillant familial, le demandeur doit déposer une demande d’agrément à la Sous Direction de la Planification du Service de la Protection Maternelle et Infantile ou PMI. Votre dossier doit comprendre le formulaire cerfa 13395*02 (à télécharger et à remplir), un certificat médical et un extrait de bulletin numéro 2 de votre casier judiciaire.

Veillez à envoyer un dossier complet, sinon vous allez perdre votre temps. En effet, en cas de pièces manquantes, vous serez contacté dans les 15 jours qui suivent votre dépôt pour compléter le dossier. Après le dépôt, le service de la PMI étudie votre dossier et il n’hésitera pas à vous appeler pour des entretiens avec des agents et des psychologues. Vous devrez également vous attendre à des visites chez vous, car des agents vont vérifier si votre logement correspond aux exigences pour recevoir des enfants.

Cette longue procédure peut durer jusqu’à 4 mois. Si au bout de ce délai, vous n’obtenez aucune réponse, cela signifie qu’on vous a accordé l’agrément. On vous délivrera donc une attestation qui indique le nombre d’enfants que vous pouvez accueillir. Dans le cas contraire, vous recevrez une réponse qui précise les motifs du refus.

Candidature

Malheureusement, l’obtention de l’agrément n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Une fois que vous serez agréé, il est à votre charge de trouver votre employeur. Pour cela, vous pouvez contacter les services départementaux, les services médicaux spécialisés ou encore certaines associations. Comme tous les emplois, vous devrez votre candidature avec une lettre de motivation bien rédigée et un CV. Si votre profil est retenu, vous serez contacté pour un entretien avec un responsable socio-éducatif et un psychologue.

Les formations

Deux mois avant de recevoir votre premier enfant à la maison, vous devrez suivre une formation qui dure 60 h. Par la suite, vous sera également tenu d’assister à une formation en alternance de 18 à 24 mois. Cette dernière doit être effectuée dans le délai de 3 ans après votre premier contrat.

Après avoir assisté à seconde formation, vous devrez passer un examen pour l’obtention d’un diplôme d’État d’assistant familial ou DEAF. Il s’agit d’une étape obligatoire, mais vous avez le droit d’échouer. En effet, même si vous ne décrochez pas ce diplôme, on vous confiera quand même la garde des enfants.

Contrôle régulier et renouvellement de l’agrément

Une famille d’accueil doit satisfaire à de nombreuses obligations et exigences durant toute la durée de l’agrément. Ainsi, des contrôles sont effectués pour vérifier régulièrement si chaque famille continue à se conformer aux conditions de la PMI. À noter que l’agrément est valable pour 5 ans maximum.

Si une famille n’arrive plus à remplir les conditions de l’agrément, le PMI a le droit de lui retirer l’agrément ou de le suspendre. Ainsi, pendant toute la période de suspension, la famille concernée ne pourra recevoir aucun enfant.

Concernant le renouvellement de l’agrément, il est conseillé de s’y prendre en avance, car il faut effectuer les mêmes procédures qu’à vos débuts. Pour éviter les retards, renouvelez votre demande au moins 3 mois avant l’expiration du premier.

Je suis une personne âgée et j’ai besoin d’une famille d’accueil. Que faire ?

Nous avons déjà expliqué le cas des enfants handicapés ou non. Maintenant, il s’agit de déterminer la situation d’une personne âgée (de plus de 60 ans) qui a besoin d’une assistance. Dans ce cas, la famille d’accueil est une alternative pour ceux qui ne veulent pas partir en maison de retraite.

Trouver une famille d’accueil

Si vous avez besoin d’une famille d’accueil pour héberger et prendre soin de vous, vous pouvez vous renseigner sur les familles d’accueil disponibles auprès du conseil général du département. Ce dernier dispose normalement de toutes les listes des familles agréées. Internet est également la solution la plus efficace pour trouver une famille d’accueil. Toutefois, soyez prudent car certaines personnes peuvent profiter de votre situation de détresse et vous risquez de vous faire arnaquer.

Rédaction d’un contrat et paiement des prestations

Une fois que vous aurez trouvé une famille d’accueil, commencez par établir un contrat. Ce dernier fixera les différentes modalités : obligations et droits de chaque parti, ainsi que les frais à payer.

Concernant ce dernier point, vous devez d’abord vous déclarer en tant qu’employeur auprès de l’URSSAF ou via le service en ligne de CESU. Ce n’est qu’après que vous pourrez procéder au paiement du salaire de la famille d’accueil. À noter que les rémunérations de la famille d’accueil pour personnes âgées peuvent être prises en charge par les enfants de celles-ci.

En résumé, une famille d’accueil n’est pas seulement une solution pour gagner de l’argent. Il s’agit surtout d’une grande responsabilité qui peut faire éclater des conflits au sein de votre foyer. Heureusement, au moindre souci, vous pouvez compter sur l’assistance de la PMI, du bureau d’accueil, d’un référent éducatif et d’un référent psychologique. Ils vous aideront à résoudre chaque problème et ils vous apporteront leurs expertises.